Intervention d'Antoine Jammes au Conseil Municipal du 17/11/2015

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

L'intervention d'Antoine Jammes, conseiller municipal,
au Conseil Municipal du 17 novembre 2015

 

 

Un conseil qui s'est déroulé 3 jours après les dramatiques attentats du vendredi 13 novembre à Paris... une brève cérémonie s'est déroulée au monument aux morts avant le début de ce conseil.

J'ai été amené à intervenir au conseil pour dénoncer le fond et la forme d'une délibération portant sur le regroupement des crèches des Buclos, des Fauvettes et du Tamier sur l'emplacement de l'école des Buclos.

Cette intervention prolongeait l'intervention de Marie-Odile Novelli insistant sur la nécessité de maintenir des équipements de proximité sur notre commune : « Le choix d’une grosse structure avec une entrée unique est assez surprenant: aujourdhui, les communes réalisent essentiellement des équipements de multi- accueil de quartier d’une vingtaine de places. Sur 28 crèches grenobloises, une seule comporte environ 80 places. Etes vous vraiment certains que les  employés , les bambins et leurs familles,  vont trouver que leurs conditions d’accueil s’améliorent ? Et les habitants du quartier des Buclos qui vont voir s’intensifier le ballet des voitures particulieres ? »

1/ absence de concertation sur ce dossier

En juin 2015, Mme Hanna a présenté un powerpoint de 19 pages présentant des grands principes de la charte de la concertation. A la fin du débat, Mr Peyrin a conclu par ces mots : « C'est une charte de concertation, elle a le mérite d'exister et de poser un certain nombre de principes qu'ils respecteront. Ils vont en rester là et maintenant la tester à l'usage dans les différents projets qui vont être menés »

Mme Hanna a fait un beau powerpoint présenté au conseil de juin ; on en est resté là puisque rien n'est défini sur le comment, alors qu'au début du processus d'élaboration de cette charte, la majorité avait pris soin de nous présenter des modèles de chartes construites et utilisées dans d'autres communes !
A l'issue de la présentation de juin, on clôt le débat, on ne définit pas comment on va mettre en œuvre ce brouillon de charte. M Peyrin dit qu'on va la tester. L'été est passé... et la majorité a déjà oublié ses engagements !

Et pourtant, quelle bonne occasion cela aurait été de tester cette charte sur le sujet des crèches : élaborer différents scénarios (une crèche nouvelle aux Buclos regroupant les 3 crèches actuelles, deux crèches nouvelles l'une aux Buclos l'autre aux Béalières, une crèche nouvelle aux Buclos et le réaménagment des deux crèches existantes...), comparer avec tous les acteurs (parents, professionnels, associations de quartier...) concernés les avantages et inconvénients de chaque scénario (coûts d'investissement, d'exploitation, qualité du service rendu, impacts sur les déplacements...) après avoir regardé des exemples dans l'agglomération... avant de laisser les élus décider.

Pour les Buclos, deux opérations de constructions de logements sont prévues dans les prochaines années dans ce quartier : à l'emplacement de la crèche actuelle et surtout l'opération PLM. Avez-vous étudié la faisabilité d'intégrer une crèche de taille moyenne dans l'une de ces opérations, plutôt que de réaménager l'école actuellesituée pour longtemps en zone inondable ?

Je m'interroge également sur le bien fondé de cette délibération par rapport au « projet de vie ». Celui-ci était censé définir les priorités de la commune dans le contexte actuel, afin d'élaborer un Plan Pluri-annuel d'Investissement, et le budget 2016.
A quoi cela sert-il de dépenser du temps et de l'argent à faire un « projet de vie » si ce soir nous votons cette délibération qui constituera à n'en pas douter l'un des principaux investissements de cette mandature ?


2/ Sur le plan urbanistique... une crèche construite en zone innondable

Certes, avec les travaux de renforcement des digues, ce risque a diminué mais il est toujours présent. Pouvons-nous prendre le risque de réaménager ce batiment pour y accueillir 88 petits enfants ? Que se passerait-il en cas de crue soudaine obligeant à une évacuation du batiment alors que nous aurons déjà à gérer l'évacuation des personnes âgées situées dans la résidence du Pré Blanc située à proximité.

3/ Sur le plan des déplacements

Sur les 88 enfants, combien seront amenés en voiture par leurs parents ? Une majorité sans aucun doute ! Avez-vous pensé au bazar tous les matins dans ce secteur avec cette noria de voitures ? Avez-vous pensé au cas particulier du mercredi matin avec le marché des Buclos ? Vous n'avez pas quand même prévu de regrouper l'ensemble des marchés de Meylan en un point unique ? Si vous maintenez votre projet à cet endroit, quel projet d'aménagement de l'avenue du Vercors prévoyez-vous pour gérer ce flux supplémentaires de véhicules automobiles et de piétons ?
Resituons ce projet dans un contexte global, particulièrement à deux semaines du début de la COP21. Réduire le trafic automobile, synonyme de bouchons, de pollutions et d'émissions de gaz à effet de serre, passe par une recherche systématique d'optimisation du nombre et de la distance des déplacements, en favorisant autant que faire se peut les transports en commun et les modes doux. Et dans ce projet, vous faites le contraire, en éloignant les enfants des deux crèches des Béalières de leur lieu d'habitation.

4/Sur la gestion de l'accueil

Comment va se dérouler l'accueil des enfants le matin avec une entrée unique pour 88 enfants et leurs parents ?

5/ Conclusion

Vous avez construit ce projet en « vase clos » sans aucune concertation. Les élus d'opposition ont découvert ce projet la semaine dernière. A travers les points que nous avons soulevés Marie-Odile et moi, nous pouvons donc affirmer aujourd'hui que l'objectif annoncé "d'améliorer le niveau de service proposé" est loin d'être atteint. Une concertation aurait vraisemblablement permis de construire ensemble avec les parents, les professionnels et les associations d'habitants un bien meilleur projet.

Nous vous demandons donc de sursoir à ce projet et d'engager une véritable concertation pour trouver une solution qui soit le meilleur compromis entre les objectifs annoncés de « optimiser les moyens et rationaliser les dépenses municipales » d'une part et « améliorer le niveau de service proposé ».