Nos Elus

Dernière minute : Madame Le Maire déclare sur France 3 : "Nous n'avons jamais parlé de rapport de la DDASS", contrairement à ce que tous les présents au conseil municipal du 30 mars ont entendu et à ce qui est écrit dans le procès verbal du conseil municipal du 30 mars 2009, procès verbal voté par les élus au conseil municipal du 4 mai.

Déclaration faite pas les élus de l'opposition au Conseil Municipal de Meylan le 4 mai

Madame le Maire
Au bout d'un an de mandat, et compte-tenu des événements municipaux de ces derniers mois, il est impératif de faire le point sur le fonctionnement du conseil municipal tel que le vivent les conseillers d'opposition. Cette déclaration est au nom de tous mes collègues des 4 groupes d'opposition.

Après votre victoire, il y a eu un début d'ouverture, qui aurait pu laisser présager un mandat consensuel. Et puis, progressivement, nous avons ressenti un renfermement, une dérive vers une démarche autoritaire au détriment de l'expression des citoyens, porteuse de créativité et d'adhésion. Vous essayez de museler l'opposition en refusant de communiquer documents et chiffres demandés, en n'organisant que des parodies de réunion de présidents de groupes par exemple.

Lors du conseil du 2 f√©vrier, votre premier adjoint nous a annonc√© comme ¬ę irr√©vocable ¬Ľ la fermeture de la piscine des Ayguinards sans aucune discussion ou information pr√©alable. Face¬†√† une mobilisation sans pr√©c√©dent des Meylanais (nous n'avons jamais connu cela dans le pass√© sauf une fois au moment de la voie 50 et du carrefour du lyc√©e mais il faut noter que ce ne fut que lors d'un seul conseil), vous vous √™tes r√©fugi√©e dans une attitude de m√©pris pour cette mobilisation, n'y voyant qu'une manifestation politique, au mauvais sens du terme.

A la suite de la mise KO d'un ancien élu par un élu majoritaire à la fin du conseil municipal du 2 février, nous aurions attendu, au conseil municipal suivant, une condamnation sans équivoque, au lieu d'annonces à la presse finalement sans suite. Au début du conseil du 23 mars, nous avons choisi de ne pas envenimer les choses pour qu'une solution satisfaisante pour tous les Meylanais soit trouvée en ouvrant la piscine en 2009. Vous avez refusé cette ouverture.

Au conseil municipal du 30 mars, nous avons propos√© d'une part d'ouvrir la piscine en 2009 sur une p√©riode restreinte et d'autre part d'organiser un r√©f√©rendum sur cette ouverture. Ces demandes ont¬†√©t√© refus√©es et nous avons atteint des sommets, car M. Bernard a tent√© d'abuser le public et l'ensemble du conseil municipal en mentionnant des pr√©tendus rapports de la DDASS. Cette intervention reprise dans la presse r√©gionale pr√©sentait de nombreuses ¬ę inexactitudes ¬Ľ :

1. Ces rapports ne proviennent pas de la DDASS, mais directement du laboratoire régional d'analyses des eaux de Montbonnot,

2. Ces rapports ont¬†√©t√© adress√©s¬†√† la DDASS avec copie¬†√† la mairie non pas le 30 mars 2009, mais le 2 juillet et le 4 ao√Ľt 2008.

3. Ce n'est pas le laboratoire qui décide de la non-conformité de l'eau mais la DDASS. C'est à ce seul service d'Etat de prendre les mesures sanitaires qui s'imposent en l'occurrence un simple coup de téléphone a été jugé suffisant, car, d'après la DDASS, les écarts étaient minimes (en particulier un PH de 7,9 pour 7,7 autorisé...).

Mais le plus grave est que M.Bernard nous a fait croire qu'il s'agissait de l'analyse de l'eau de la piscine alors que ces rapports ne concernaient que l'eau de la pataugeoire ! Par courrier, la DDASS nous a informés et confirmé qu'il n'y a eu aucune non-conformité en 2007 et 2008 à la piscine des Ayguinards.

En aucun cas nous ne pouvons accepter la manipulation publique des textes par le premier adjoint. Nous estimons qu'il a gravement manqu√© aux devoirs de sa fonction. D'abord parce que ses propos portent atteinte aux services de l'Etat (nous avons¬†√©t√© en copie du courrier de la DDASS du 28 avril qui demande¬†√† la mairie de ¬ę transmettre tout √©l√©ment justifiant les propos ¬Ľ). Ensuite parce que cette action d√©montre son m√©pris des Meylanais, de la presse, du conseil municipal et du vote de cette assembl√©e. Il a port√© entrave au fonctionnement de notre institution : le vote du budget est donc entach√© d'irr√©gularit√©.

Nous estimons qu'il est de votre responsabilité, Madame le Maire, de sanctionner ce comportement inqualifiable, ces manipulations effectuées par un élu à qui vous avez confié délégation, au risque de porter le discrédit sur votre fonction.

En conclusion, tous les arguments sanitaires tombant, rien ne s'oppose plus à l'ouverture de la piscine en 2009. Je vous demande à nouveau de prendre cette décision de sagesse et de compromis, qui serait la marque de votre écoute des Meylanais.

 

Voici l'intervention faite au Conseil municipal du 2 février 2009

Débat d'orientation budgétaire
Le contenu des orientations budgétaires qui nous ont été annoncées en commission la semaine dernière est étonnant et inquiétant.

Etonnant sur la forme car l'énoncé des mesures énoncées tient plus d'un catalogue à la Prévert que de la définition d'une stratégie politique. Il y a environ 80 sujets d'importance totalement inégale.

Inqui√©tant sur le fond en raison des d√©cisions prises comme celle de vente du patrimoine, annonc√©e comme une ¬ę op√©ration de recalibrage du patrimoine communal ¬Ľ. Ces d√©cisions de vente ont¬†√©t√© prises de mani√®re unilat√©rale, sans d√©bat ni concertation alors que certaines impactent largement les habitants.

La fermeture et la démolition de la piscine des Ayguinards
Une question sur le devenir de cette piscine avait¬†√©t√© pos√©e en conseil municipal en fin d'ann√©e derni√®re. La r√©ponse de Mme Tardy avait¬†√©t√© que la r√©flexion √©tait en cours. Cette r√©flexion semble avoir abouti lors du s√©minaire interne de la majorit√© le 19 janvier. L'√©l√©ment d√©cisif serait les co√Ľts des r√©parations (mise¬†√† la norme) et du fonctionnement.
Mais c'est trop cher par rapport √† quoi ? Aux co√Ľts de la piscine des Buclos, aux imp√īts pay√©s par les habitants, aux 5 millions d'euros de d√ɬ©penses annuelles pr√©vues sur le patrimoine.
Nous nous demandons réellement si tous les conseillers de la majorité qui ont décidé de cette vente ont bien pris conscience de l'intérêt qu'a cette piscine pour tous ses usagers et de ce qu'elle représente pour de très nombreux Meylanais.
On ne peut pas envisager cette fermeture avant d'avoir poussé l'analyse de la situation des piscines à un niveau intercommunal : la piscine Doyen Gosse à La Tronche, la piscine de Corenc qui a fermé récemment, la capacité de la piscine des Buclos a répondre partiellement à la demande estivale.
L'enjeu est trop important pour sauter cette étape.
Et s'il faut adresser des lettres aux pr√©sidents des associations locales ou en distribuer dans toutes les boites aux lettres du quartier comme cela a¬†√©t√© fait, il serait plus judicieux de traiter du devenir de la piscine dans la concertation sur la r√©novation du quartier plut√īt que d'imposer une d√©cision arbitraire.

La vente du ch√Ęteau de Rochasson
Peu d'information nous ont été transmises lors de la commission. On a pu en avoir un peu plus dans le Dauphiné Libéré du samedi 31 janvier.
Ce n'est pas plus rassurant car rien aujourd'hui ne permet de savoir sur quelle parcelle sera effectuée la vente, quelles sont les impacts sur le CINE et l'ensemble des activités qui se pratiquent sur le domaine de Rochasson.
Ici encore, il est indispensable d'avoir tous les éléments du dossier pour se faire une opinion du bien fondé de cette décision.
On peut rappeler que le ch√ɬĘteau de Rochasson a √©t√© mis en g√©rance par le pass√©. Devant l'√©chec de cette op√©ration, la commune avait du r√©cup√©rer la gestion.

La vente de la maison du DGS
C'est une maison qui est situ√©e en face de l'√É√©ole primaire et¬†√† c√īt√© de la biblioth√É√®ue du Haut-Meylan. Le Directeur G√©n√©ral des Service ayant quitt√© ses fonctions d√©but d√©cembre et le nouveau Directeur n'√©tant pas int√©ress√©, elle est donc disponible depuis cette date car elle la concession par utilit√© de service est caduque, selon la m√™me r√®gle qui a √É√©t√© vot√©e pour le logement du gardien des Buclos.
Il est clair qu'on ne peut pas laisser cette maison inoccupée. Mais la réflexion a du être amorcée avant le départ du Directeur et nous aimerions savoir quelles autres options que la vente ont été imaginées ? Cette maison idéalement placée la rend apte à répondre à des besoins locaux !

Le rapprochement de l'Espace Musical Gaston Baudry (EMGB) et du Centre Musical de la Ville de Meylan (CMVM)
La raison invoquée est la sécurité des personnes et des biens. C'est juste, mais cela fait plus de dix ans que le maintien de cette école au Clos des Capucins est conditionnée par la remise aux normes des locaux.
Des travaux ont été réalisés assez récemment aux Capucins mais ils ont porté sur la restauration de la chapelle pour en faire un lieu d'exposition !
Le principe de fusion entre l'EMGB et le CEMVM n'est pas nouveau mais il n'a pas pu se réaliser par le passé pour de nombreuses raisons liées à la différence de statut, d'approche musicale (avec une harmonie à l'EMGB), de fonctionnement, de tarification.
Est-il raisonnable de vouloir à tout prix ce rapprochement ?
Il serait dommageable de retenir le probl√®me de locaux aux Capucins pour ¬ę forcer ¬Ľ ce rapprochement. Si ce rapprochement s'av√ɬ®re trop compliqu√©, pourquoi ne pas reloger l'EMGB ailleurs : on ne sait par exemple pas du tout¬†√† quoi l'√©cole des Buclos va servir ! Parler d'extensions de la Maison de la Musique ne doit √™tre qu'une conclusion si le choix d'une structure unique aboutit et en aucun cas un pr√©alable.

Mais autour de cette décision relative à l'EMGB et au vu de la façon dont a été traitée la piscine des Ayguinards, j'avoue que le fait de vider le corps principal des Capucins de ses occupants m'inquiète. Cela peut donner des idées à la majorité sur le devenir de ce patrimoine exceptionnel à l'occasion d'un prochain calibrage réalisé lors d'un séminaire interne.

J'en finirai avec le patrimoine sur le peu d'informations dont nous disposons sur les orientations au-delà  de cette prochaine année.

Pour revenir au sujet même de ce débat d'orientations budgétaires, disons

  • qu'en termes de D√©bat : c'est un d√©bat tronqu√© qu'on nous propose car des choix importants qui impliquent la vie meylanaise sont pris
  • qu'en termes d'Orientations : on a affaire¬†√† un programme aux multiples d√©clinaisons (pr√®s de 80 ¬ę points ¬Ľ) o√Ļ se c√ītoient
    o la rénovation du stade de football
    o la réalisation d'un stade de rugby
    o la réhabilitation du restaurant scolaire de Grand Pré
    avec
    o l'ouverture d'un espace dédié à la culture internationale en s'appuyant sur la bibliothèque anglophone
    o la mise en place des actions pour mieux répondre aux besoins des seniors
    o le versement au SIAP d'une subvention pour la lutte contre les inondations

O√Ļ est la strat√©gie politique dans cette √©num√©ration ?

  • qu'en termes Budg√©taires, on reste sur sa faim :¬†
    C√īt√© fonctionnement : les d√©penses augmentent plus vite que les recettes malgr√© le coup de pouce de l'√©tat qui a relev√© les bases d'imposition de 2,5%. Cette augmentation provoque m√©caniquement une hausse √©quivalente des imp√īts (car les taux ne changent pas) qui est sup√©rieur au 1% de l'inflation. L'autofinancement et donc la capacit√© de la commune¬†√† investir se r√©duit encore de 5% pour atteindre un pr√ɬ©√©sionnel de 1,8 MEuros et pas 2MEuros comme annonc√©.
    C√īt√©¬†investissement : Le remboursement de la dette qui marque un palier et diminue de 20%¬†√† 1,6MEuros conjugu√©s aux d√©penses d'√©quipement de 5MEuros ne peut √™tre √©quilibr√© que par les cessions de patrimoine et un nouvel emprunt pour un volume estim√©¬†√† respectivement 1MEuros et 2,7 MEuros

Pour résumer, l'équilibre budgétaire continue à se dégrader en fonctionnement. La commune procède ç une augmentation de 25% de ses cessions de patrimoine et de 3% de ses emprunts pour pouvoir équilibrer son budget d'investissement.


En conclusion, la manière de produire et de présenter ces orientations budgétaires sont peu compatibles avec une approche démocratique et raisonnable de la gestion de notre commune. Nous en prenons acte mais manifestons notre désapprobation.

Monique FRAYSSE, Philippe VAUQUOIS
Groupe MeyDIA

   

Voici la délibération proposée par le groupe MeyDIA pour le Conseil Municipal du 15 décembre 2008, afin que soit préparé le PLU de Meylan dans les meilleures conditions.

Le 16 octobre 2008, le tribunal administratif a rendu son verdict : la délibération d'approbation du PLU de Meylan est annulée ! Il retient essentiellement la création de fausses zones naturelles ayant les mêmes droits à construire que les zones urbanisables.

Afin de préparer le prochain PLU dans les meilleures conditions de démocratie et de transparence, nous proposons au Conseil Municipal de prendre la délibération suivante :

1. Cr√©er un Comit√© Consultatif qui participera¬†√† toutes les √©tapes de r√©alisation : remise¬†√† plat du texte actuel, concertation, construction, arbitrage, r√©daction d'un rapport remis au conseil municipal pour le vote final. (on peut int√©grer ici la d√©finition du r√īle d'un comit√© consultatif)

2. Définir un calendrier public détaillant les étapes de construction du futur PLU

   

Page 5 sur 5